Je suis triste...

Publié le par Nini79

Bonjour,

Ca me rend triste... triste et un peu en colère aussi...

Ce matin, en me rendant dans ma petite librairie habituelle, j'ai trouvé les propriétaires très abattus : ils m'avaient déjà avertie qu'ils avaient de grosses difficultés, qu'ils se sentaient tout petits et perdus, Lilliput essayant de faire entendre leur exception culturelle parmi les géants de la région..

Ce matin, hélas, ils m'ont confirmé que la fin de leur petite librairie était quasi inévitable... ça me rend très triste, car où vais-je trouver une telle écoute, une telle diversité ?? ils savaient prendre le temps, conseiller... ils avaient osé créer une section "polars", et surtout, une section "loisirs créatifs"... elle, passionnée par les travaux d'aiguille, même si elle aurait voulu avoir plus de temps pour les pratiquer, avait organisé deux après-midis autour de ce thème, ces jeunes fourmillaient d'idées, d'enthousiasme...

Je suis triste de constater que David peut perdre contre Goliath, et que le pot de terre, même plein de talents, se casse contre le pot de fer...

N'y-a-t-il donc pas d'alternative en dehors des grands bazars du livre (qui ont aussi leur utilité, mais là n'est pas la question) ???? nos librairies à taille humaine sont-elles destinées à toutes disparaître ????

Nos centres ville vont devenir bien mornes, entre boutiques de téléphone et agences immobilières...

Publié dans Au fil des jours

Commenter cet article

Emma 05/09/2010 09:33


Je comprends bien ta tristesse , ancienne libraire je connais o combien la problematique...et encore En France la loi sur le prix unique du livre permet encore ( mais pour combien de temps) a de
petites librairies d'exister...
C"est un metier difficile , ingrat et a la fois passionant.
UN vrai combat a mener que la survie de ces passeur de livres..
MErci en tout cas d'etre venu poser tes yeux chez moi..
A bientot
Emma from San Francisco


Lolli 03/09/2010 18:16


D'accord avec toi, c'est une nouvelle bien déprimante. Les centre-ville deviennent uniformes, les libraires se font rares, et c'est vraiment dommage.