C'est la faute à Rousseau...

Publié le par Nini79

Bonjour,
Cappuccinette, sur son blog de lecture "LireEtelle" m'a donné envie de le lire...
Elle en parle si bien dans son article, là : link
Quel livre ? celui-ci : SAM_0528.JPGque dire de plus que ce que n'en a dit Cappuccinette ?
Ne pas oublier que c'est un roman, que de grandes zones d'ombre subsistent sur la vie de Jean-Jacques Rousseau, et que l'auteur lui-même souligne avec franchise que "jamais le voile ne se lèvera sur ce que fut réellement Rousseau, ni sur les recoins demeurés obscurs de son existence".
Néanmoins, on plonge avec délice dans ce roman, qui nous dépeint un 18ème siècle bouillonnant, mais aussi une société cruelle et plutôt intolérante, prête à rejeter et à broyer ce qu'elle a adoré la veille... on se prend de sympathie pour Jean-Jacques, malgré ses travers, on se surprend à le plaindre...
Comme l'auteur, on finit par se dire que cet homme, passé à la postérité avec une image d'un homme détestable, méritait bien mieux que le portrait au vitriol brossé par ses contemporains, et plus tard, par l'histoire...
Et que si nul ne détient la vérité sur cet homme, le portrait que l'auteur en brosse par petites touches est certainement plus près de la réalité que l'espèce de monstre paranoïaque auquel ses "amis" voulaient le réduire...
Bonne journée...

Publié dans Lectures

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nini79 21/11/2012 06:27

Bisous, Christelle, et bon courage à ta fille, un rude moment à passer pour le bachelier et ses parents...
Bonne journée.

Christelle 20/11/2012 21:55

Ma fille passe le bac français cette année et du coup , "on " est en plein dedans !!!Merci pour cette référence là !

Nini79 20/11/2012 21:18

Je pense que tu ne le regretteras pas...
Bises et belle soirée.

Nathalie 20/11/2012 18:37

Je suis un peu à court d'idée côté lecture en ce moment, celui-ci me tente bien...

Nini79 18/11/2012 19:54

En fait, il semblerait qu'on n'ait jamais pu prouver que c'était réellement ses enfants, vu ses problèmes de santé... disons qu'au 18ème siècle, c'était hélas une pratique courante, qui pouvait
éventuellement donner une seconde chance aux enfants... d'autre part, les nobles eux-mêmes n'élevaient pas leurs enfants, ils s'en séparaient très vite pour les confier à des nourrices, loin de la
Cour, ce n'était guère mieux...
Pour en revenir à Rousseau, l'auteur a l'honnêteté de reconnaître que le "vrai" Rousseau, personne, y compris ses contemporains, ne l'a dévoilé avec certitude absolue...
Bises et belle soirée.